Notre First 211:


La construction du voilier "Lylwenn":


Nos autres aventures:


Notre mail:
stephane@voileaventure.fr


Réalisation : © Stéphane
 


Voyage à Nazaré suite






Après huit jours de repos et de visites, une jolie petite ville, dommage que le brouillard ne se lève pas souvent. Le port de plaisance est énorme: les catways font trois à quatre fois le bateau. Les personnes de la capitainerie sont très sympathiques. Je reprends la mer pour environ trois jours, je ferai une escale à Camarinas et à Finisterria. Le vent est plein Ouest, une houle de face pas agréable. la navigation se passe plutôt bien. En fin de journée, la nuit est déjà tombée. Je rentre dans la baie de Camarinas, il y a des pêcheurs partout, difficile de voir les feux d'entrée du port. Je finis par accoster au catway et je me couche. Le lendemain je pars pas trop tard, objectif le port de Finisterria. Les conditions n'ont pas changé je passe à 2 milles du cap finisterre. J'arrive dans le petit port de Finisterria, il y a des bateaux pêches partout, il faut se frayer un chemin. Je suis le seul voilier dans le port, les gens ont l'aire surpris de me voir arrivé là, certains viennent me voir un peu intriguer.





Enfin le ciel bleu montre le bout de son nez, une vague douce de huit mètres qui prend le bateau par l'arrière sera de la partie toute la journée, une petite brise très faible. Je serai au moteur toute la journée, je suis fatigué trois jours de cabotage. Je croise un chalutier qui apparait ou disparait selon la vague. La côte est à vue, il y a plusieurs petites iles magnifiques qui donnent envie de faire escale et se baigner, mais je continue pour rejoindre Baïona en fin de journée. La navigation se passe bien, j'arrive à quelques milles de l'entrée du port j'essaye de repérer à la jumelle les bouées entré du port, pour me guider je ne l'ai vois pas, je suis toujours sur une vague de huit mètres de haut, je descends dans la cabine pour vérifier mes cartes, je ne vois rien non plus. Je ne comprends pas et je décide de continuer comme cela, je vois bien que la vague s'écrase en écume devant moi, mais cela ne m'inquiéte pas. Je suis très fatigué !!! Tout un coup je vois apparaitre un caillou énorme à bâbord, puis à tribord, puis devant, je suis dans une panique totale, je donne un coup de barre d'un côté à l'autre sans même savoir ce que je fais. Quand la vague me reprend une nouvelle fois par l'arrière du bateau et me fais passer par-dessus ce champ de cailloux. J'essaye de me contrôler de façon à amener mon voilier à bon port et l'amarrer, après je pourrais craquer. Le bateau est amarré au catway mes jambes sont coupées j'ai eu beaucoup de chance et le bateau n'a même pas une égratignure je n'en reviens pas.


Page précédente                                                                                                                                                           Page suivante